Pour l’amour de l’effort

Communes et sport: Villaz-St-Pierre Jean-Claude Pache, ultra-traileur de 55 ans. Photo Lib / Charly Rappo, Lussy, 08.09.2020

La commune de Villaz aime courir et Jean-Claude Pache peut-être plus encore que ses concitoyens Patrick Biolley Communes et sport Cinq ­villages réunis sous le même nom et la même passion: la course à pied. Bien sûr, il n’y a pas que l’effort solitaire qui permet aux cinq villages de Villaz de bouger. Le football ou le tir font ­également partie des possibilités sportives pour les près de 2300 habitants. Mais avec les chemins de forêt et les sentiers mal plats à portée de foulée, la course à pied remporte la palme. Parmi les mordus de la discipline dans le coin: Jean-Claude Pache. Le quinquagénaire, sous ses airs timides, n’est pas le coureur du dimanche que l’on croise en bordure de champs. Coupe fribourgeoise et gruérienne, Morat-Fribourg, ­évidemment, mais aussi Sierre-­Zinal, l’ultra-trail du Mont-Blanc, les 100 km de Bienne ou encore la Diagonale des fous, le menuisier de formation en a sous la semelle. Surtout si l’on ajoute à cela son autre passion pour le ski-alpinisme qui l’a emmené à la Patrouille des glaciers, la Pierra Menta ou la Mezzalama. «Je suis un bon populaire», assure-t-il. Il faut lui rappeler qu’une troisième place au Mont-Blanc et ses multiples victoires ne sont pas des résultats communs pour qu’il admette: «OK. Peut-être un très bon populaire.» Il éclate de rire.

En famille

L’histoire sportive du Glânois est plutôt commune. D’abord footballeur au sein du club local, Jean-Claude Pache est petit à petit passé à l’athlétisme. «Je courais beaucoup, mais avec le ballon ce n’était pas ça», sourit-il. C’est donc assez naturellement qu’il a troqué les crampons pour les baskets et s’est élancé pour son premier Morat-Fribourg à 17 ans. «Je n’en ai pas raté un depuis… Sauf cette année évidemment. Mais je pense que j’irai quand même le faire, seul.» Sa relation d’amour avec l’épreuve l’a conduit à flirter avec l’heure sur la course commémorative, un tour d’horloge et 43 secondes pour être précis. C’était en 1991. «Pour passer sous l’heure cela aurait représenté un ou deux entraînements supplémentaires chaque semaine durant quatre ou cinq mois, souligne-t-il. Le chrono est une motivation, c’est sûr. Il me pousse à m’entraîner afin de gagner du temps sur moi-même. Enfin, maintenant, le but serait plutôt d’en perdre le moins possible.» Oui, Jean-Claude Pache a l’art de la petite phrase incisive et ne manque pas d’autodérision. S’il peut se targuer de n’avoir – quasiment – jamais abandonné et d’être épargné par les blessures, son discours est souvent ponctué par une belle chute. Comme lorsqu’il parle de ses voyages autour du globe. «Les vacances au bord de la mer ne sont pas ma tasse de thé. Sauf après la Diagonale des fous à La Réunion. Ça avait quand même fait du bien de plonger les ampoules dans la mer.» De la même manière, lorsqu’il évoque son voyage en Chine pour la Foulée de la soie. «Courir sous la Grande Muraille est aussi un incroyable souvenir. Ce d’autant plus que c’était mon voyage de noce!» Car sa femme, Sandra, a dû se mettre au pas. «Elle courait déjà un peu, mais à force de venir me voir sur les courses elle s’est aussi prise au jeu.»

Eviter les excès

Si Jean-Claude Pache allie les épreuves cantonales d’une quinzaine de kilomètres aux ultra-trails avec encore autant de facilité à 55 ans, c’est qu’il évite les excès. «Maximum 60 km par semaine et une course toutes les deux semaines, dévoile celui qui compte aussi 20 Sierre-Zinal au compteur. Je privilégie la qualité à la quantité tant à l’entraînement qu’en course. J’aurais dû sacrifier ce principe pour passer sous l’heure à Morat-Fribourg, typiquement.» Mais le Glânois le dit lui-même: «Il faut être un peu maso et se donner à fond. Ne pas mettre de dossard équivaut à rester dans sa zone de confort. J’aime les choses bien faites.» Cette expérience acquise au fil des années et des kilomètres, l’habitant de Lussy en fait aussi profiter les autres. Au sein du club auquel il a toujours été fidèle – le CARC à Romont – il donne des entraînements. «Cela fait longtemps que je le fais. J’essaie de transmettre un peu de ce que je sais, d’aider, dit-il. Ceux qui viennent du football manquent souvent de technique. Le potentiel est là, mais il faut corriger.» Des adversaires, mais néanmoins amis, de ses débuts, il est l’un des derniers à encore tenir le haut du pavé. Cela ne l’empêche pas d’aller encore de l’avant. «Je continuerai jusqu’à ce que je ne puisse plus. Pour le moment tout tient bien», rassure Jean-Claude Pache avec un sourire qui se dessine sous sa moustache. Une chose est sûre, cet amoureux de l’effort a encore de beaux kilomètres devant lui. «J’aime faire du sport pour moi et pour moi seulement. Cela explique aussi peut-être ma longévité», conclut-il.

La Liberté

Commande d’équipements 2020

Vous pouvez commander vos équipements de sport avec le logo du club en complétant le formulaire ci-dessous avec les informations nécessaires.

Hoody du 40ème

Vous pouvez également commander le hoody (sweet à capuchon) des 40 ans du CARC, modèle femme et homme !

Merci de remplir le formulaire ci-dessous d’ici le 27 sept. 2020

Vous trouvez les références, ainsi que les tailles dans le fichier excel ci-dessous.

MA COMMANDE D'EQUIPEMENTS


Reprise des entraînements actifs et walking !

C’est reparti ! Les entraînements actifs reprennent dès le lundi 8 juin !

Les lundis et mercredis à 19h et le mardi à 18h30 au départ du parcours vita de la forêt de Bossens

Pour le walking, les mercredis à 19h15 également au parcours vita et pour le jeudi à 19h se renseigner auprès de Jean-Marie

Bien entendu, il est toujours recommandé de garder les distances entre individus et de respecter les règles d’hygiène. En cas de symptômes restez chez vous.

Bonne reprise !

On reste actif a la maison !

Pour certains, l’appel du canapé est tentant, pour d’autres c’est l’occasion de se mettre à la pâtisserie….. Nous pensons à votre ligne durant cette période de confinement.

Le CARC vous propose quelques exercices à faire à la maison et cela, sans matériel ! Vous trouvez dans le document et lien ci-dessous de quoi vous faire transpirer un peu ! Pour les moins sportifs, nous vous avons également joint lien sur le document produit par la SUVA qui permettra de vous maintenir actif.

Alor, plus d’excuse et GO !

https://www.suva.ch/fr-CH/materiel/documentation/programme-de-fitness-pour-les-sedentaires

Souper du CARC 2019

Le souper de Noël du CARC, c’est la soirée qui permet aux anciens membres de se retrouver, aux nouveaux de prendre le pli, aux meilleurs coureurs d’être récompensés, à Elodie de nous informer des statistiques du club, à notre président de prononcer son incomparable discours et aux sportifs les plus sérieux de relâcher le régime autour d’un verre de Suze. L’édition 2019 fut très belle! Bravo et merci à tous les participants!

Trophée de la vallée du Flon

La 43ème édition du Trophée de la Vallée du Flon s’est déroulée le dimanche 3 novembre à Porsel. Une météo automnale était au rendez-vous: de la pluie mais pas trop de vent et un thermomètre plus clément que l’année passée! Le parcours, bien trempé et boueux, n’a pourtant pas ralenti nos coureurs qui ont fait de très bons résultats!

La course a été remportée par le trio masculin suivant: Piller Jari en 43:40, Schouwey Jérémy en 44:00 et Berset Pascal en 45:51. Le trio féminin se compose de Heimlicher Teres en 52:03, Gindrat-Keller Isabell en 54:40 et pour finir Morgado Madalena en 55:29.

Un grand bravo à tous nos carcistes: Gwendoline Brülhart, Justine Fleury, Isabelle Maillard, Corinne Monney, Isabelle Scheurer, Claude Bossel, Benoit Bourqui, Bahlbi Gebrehanis, Philippe Joye, Gérard Mauron, Vincent Mauron, Jean-Claude Pache, Cédric Perriard et Tesfom Tsa-du, Quelques souvenirs dans l’album photo, merci Jacques !

Défi marathon réussi pour nos Carc’istes !

Le dimanche 27 octobre dernier une petite équipe du CARC s’est rendue à Frankfurt pour disputer un marathon. Pour Jacques, Denis, Marc et Pascal, la distance mythique de 42km195 était une première, mais ils pouvaient compter sur des membres expérimentés, Jeanine, Fred et Joël. Des conditions excellentes pour cette compétition réunissant plus de 23’000 coureurs. Chacun a pu se dépasser et franchir la ligne d’arrivée dans une superbe salle au milieu d’un lightshow qui vous met les frissons dans le dos.
Une belle aventure de s’être fixé ce défi en équipe ! Bravo à tous

Un bravo à Guillaume qui a fait le marathon d’Amsterdam et à Cédric qui a parcouru les 42 km de Berlin. C’était aussi leur premier !